Jump to content

francesco totti

Mkachakh
  • Content Count

    643
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

405

1 Follower

About francesco totti

  • Rank
    Mkachakh Elite
  • Birthday 11/17/1987

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Tunis

Previous Fields

  • Votre Equipe
    EST
  • Abonnement
    ES1880

Recent Profile Visitors

1452 profile views
  1. https://www.turess.com/fr/letemps/74154 Ameur Bahri (Secrétaire Permanent de l'EST) : «On n'écrit pas l'histoire avec des hypothèses et des déductions» En acceptant l'invitation du quotidien « Le Temps » de revenir sur le sujet controversé relatif à la création de l'Espérance Sportive de Tunis et du Club Africain, mon intention n'est pas de prouver, une fois de plus, l'antériorité de l'Espérance en tant que premier club de football authentiquement musulman en Afrique du Nord, cela a été maintes fois démontré par des documents officiels et des témoignages unanimes, mais de rétablir dans leur vérité historique des faits qu'on s'est permis d'interpréter en toute liberté subjective. Outre les documents officiels, ce leadership lui est reconnu par des historiens notamment français de renom dont Paul Dietschy, Maitre de conférences, spécialisé dans le domaine du sport et particulièrement du football, à travers ses nombreux ouvrages. Vous trouverez plus loin ses analyses sur l'évolution du football dans notre pays. De toutes les investigations entreprises depuis fort longtemps, il s'avère qu'après une première tentative le 18 Janvier 1918, l'Espérance a été créée officiellement le 15 Janvier 1919 alors que le Club Africain a vu le jour le 4 octobre 1920 en vertu de deux arrêtés signés par le Premier Ministre de l'époque Mohamed Taieb Djellouli. Cette réalité est incontestable. Elle ne souffre d'aucune ambigüité. Tout le reste n'est que littérature. Mais devant l'insistance de nombreux fans sang et or et à la suite de la polémique provoquée par la publication d'un ouvrage retraçant l'histoire du Club Africain, je me trouve dans l'obligation de faire quelques rétablissements, quoiqu'il me coûte de paraitre aux yeux de mes nombreux amis clubistes, faire le procès de leur histoire par endroits mal écrite. Cependant ni le temps, ni l'espace qui m'est imparti dans ce journal ne me permettent de m'étaler encore plus sur le sujet. Inadmissible ! Il me suffit de dire que par une gymnastique de suppositions, d'hypothèses et recoupements pour le moins fantaisistes, l'auteur du livre sur le Club Africain est arrivé à la conclusion (c'est son droit de porter un jugement) que son club est premier partout. Voici quelques échantillons. Le Club Africain est la première Association de Football Tunisienne Musulmane qui par hypothèses et déductions (quelle précision !!!) serait (le conditionnel engendre le doute) le prolongement du Stade Africain. Or, le Stade Africain n'a jamais été typiquement musulman. L'auteur, lui-même, le reconnaît en révélant que cette jeune société était composée de Français et d'indigènes musulmans. Dans «100 ans de football en Tunisie », Mustapha Zoubeidi affirme que le Stade Africain rassemblait des Français et quelques musulmans. D'un autre coté, si le Club Africain était le prolongement naturel du Stade, pourquoi donc avoir changé de nom ? L'autre réalité que l'auteur ignore superbement, c'est que le groupe d'hommes qui a créé l'Espérance est lui-même issu du Stade Africain et que si d'autres anciens de ce club ont eu, un an après, l'idée de créer, à leur tour, leur propre club, ce n'est certainement pas le fait d'avoir choisi le qualificatif d'Africain qui aurait fait un prolongement d'un Stade Africain dissous auparavant et dont les éléments ont d'abord constitué l'UST en 1917 (et non en 1919) Dans sa foulée l'auteur a même voulu s'approprier la création de la Rachidia ; La première assemblée générale de la Rachidia a eu lieu en 1934, Mustapha Sfar a choisi un certain nombre de notables pour constituer le Conseil d'Administration comprenant, il est vrai, quelques membres appartenant au Club Africain, mais également Mustapha Kaak, Président de l'Espérance (1926/1930) et le docteur Tahar Zaouch vice-président des « Sang et Or », tous deux ignorés et non cités par l'auteur, parmi les fondateurs de la Rachidia. Pour l'auteur le Club Africain est le seul club, encore en activité, pouvant se targuer de posséder un arrêté de création signé par le Premier Ministre Taieb Djellouli. Pour infirmer cette exclusivité il y a lieu de compulser le journal « Le MAGHREB » du 17 octobre 2012 qui a publié en fac-simile les deux arrêtés de l'Espérance et du Club Africain. Il prétend que le Club Africain est réservé exclusivement aux musulmans. L'Espérance, à ma connaissance, n'a fait jouer un non musulman qu'en 1992 avec l'arrivée de Malitoli alors que le Club Africain comprenait dans les années 1940/1950 un Juif Gaston Taieb, un Français Pierre Durin et un Italien Sauveur Millazzo. S'agissant de sport et de simple chronologie dans l'histoire, nombreux seraient ceux qui n'inculperaient pas, outre mesure, un club sportif de s'être ainsi ouvert à des non musulmans, même à une époque cruciale qui exigeait l'affirmation de l'identité, si notre ami l'historien n'a pas tenu à faire de la question ethnico religieuse, le sujet central de son propos La liste des contrevérités est encore longue, je préfère arrêter les frais. Cependant là où le bât blesse, c'est lorsque l'auteur porte atteinte à la dignité et à l'amour propre des milliers d'Espérantistes. Cela est inadmissible Pour lui, l'Espérance est une association Française qui a été investie plus tard par des musulmans et qui n'a pu légalement devenir une association musulmane qu'en 1942. Après quatre-vingt-quatorze ans d'existence, voilà que l'Espérance est «des islamisée» par un historien pour le moins douteux. C'est le comble de l'ironie. Cette fausse argumentation est due, semble-t-il, à la nomination d'un Français, Louis Montassier à la présidence du premier Comité Directeur de l'Espérance. Cette désignation, nous ne la contestons pas. Elle n'est autre qu'un prête-nom exigé par le contexte politique de l'époque. En effet comme il est mentionné dans la revue «l'AFRIQUE ET LE FOOTBALL» «que la configuration du champ sportif en Afrique du Nord dressa avant l'heure la scène sur laquelle s'exprimaient les revendications Nationalistes. Ainsi chaque victoire d'une équipe musulmane sur un adversaire Français dépassait vite le domaine sportif. L'Administration coloniale avait bien compris le danger puisqu'elle avait obligé les formations sportives musulmanes à engager dans leurs rangs au moins un élément européen » MONTASSIER n'est resté que quelques mois à la tête de l'Espérance, la guerre ayant pris fin, le paysage sociopolitique a changé dans la région amenant le colonisateur à lâcher du lest envers les populations musulmanes dont les soldats ont contribué à la victoire des alliés. C'est ainsi que cette restriction a été abrogée. D'où, la porte ouverte pour les futurs candidats qui ont présenté leur dossier après la création de l'Espérance. Il y a même ceux qui ont introduit, sans difficultés, dans leur appellation le nom qualificatif religieux de musulman. C'est le cas de l'US MAGHREBINE qui s'appelait l'US MUSULMANE au moment de sa création en 1938 et de l'AS Marsa qui avait pour nom l'Avenir Musulman (1939). Témoignages neutres Pour disqualifier toutes velléités mal intentionnées il y a lieu de se référer au célèbre magazine Français « l'HISTOIRE » qui a consacré une étude sur le football à l'occasion de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud qu'il a intitulé « LA PASSION DU FOOTBALL » où l'auteur relate l'historique du football depuis sa création. Parmi les sujets invoqués, il a réservé une partie au football Africain qu'il a sous-titré « LE FOOTBALL A-T-IL LIBERE L'AFRIQUE ? » dont voici la teneur : « Le Football a contribué à l'œuvre de civilisation, menée avant la seconde guerre mondiale par les mercenaires et les colons. Mais si les populations masculines des quartiers indigènes des villes coloniales prennent vite goût au jeu, elles l'utilisent aussi comme moyen de résistance. Ainsi en Afrique du Nord les équipes musulmanes de l'Espérance (1919), du Mouloudia d'Alger( 1921) ou du Widad Athlétique Club de Casablanca ( 1937) portent le combat culturel et nationaliste sur les terrains de jeu » De son coté le livre « LE FOOTALL ET L'AFRIQUE » édité par le duo Paul Dietschy et David Claude Kemo Keimbou et parrainé par la FIFA donc fiable a mentionné ce qui suit : «En Tunisie, l'Espérance Sportive, fondée le 15 Janvier 1919 dans un quartier populaire de Tunis et premier club musulman du protectorat, était devenue dans l'entre–deux guerres le porte-drapeau du nationalisme, notamment lors de la confrontation avec le Stade Gaulois ou l'Union Sportive Tunisienne composée de Juifs. Alors qu'il suscitait une grande ferveur populaire, les autorités Françaises n'eurent de cesse de freiner l'activité du club pendant qu'Habib Bourguiba, leader du Parti Nationaliste du Néo Destour et père de l'indépendance Tunisienne est devenu le supporter le plus célèbre, après avoir été Vice-président en 1931 ». Un autre témoignage sur le nationalisme de l'Espérance, œuvre de l'envoyé spécial du « FIGARO », Serge Bromberger qui était venu couvrir le retour le 22 Juin 1971 de Bourguiba de Suisse où il a été se soigner. L'envoyé spécial du « FIGARO » a pu voir un groupe portant des maillots aux couleurs de l'Espérance qui venait d'être dissoute à la suite des incidents qui ont émaillé la finale de la Coupe contre le CSS. Son intention, écrit-il, a été attiré par les cris de la foule qui scandait non seulement Yahia Bourguiba, mais Espérance Bourguiba. Bromberger a constaté que Bourguiba portait au revers de son veston avec l'insigne de l'Ordre National, celui de l'Espérance dont il est le Président d'honneur en raison de l'activité nationaliste déployée par le club en faveur de l'indépendance. L'Espérance la plus prestigieuse Les cinéastes Awa Ly et Olivier Manot ont réalisé pour « TV5 Monde » en Juin 2010, un film «L'AVENTURE DU FOOTBALL AFRICAIN, NAISSANCE D'UNE PASSION», le sujet consistait à recueillir auprès d'un échantillon de personnalités dont quelques-unes appartenant aux associations les plus prestigieuses du continent, pour raconter leur histoire Africaine du football. Ce n'est pas un hasard que le choix s'est porté sur l'Espérance à travers MM Hassen Babbou, Président du Comité des Sages de l'Espérance et Abdelaziz Belkhodja, écrivain et supporter Sang et Or. Ce sont là des constats qui justifient, si besoin est, la primauté de l'Espérance comme doyenne des Associations musulmanes de football en Afrique du Nord. Le lecteur appréciera le vrai de l'imaginaire ! Cela étant, hormis son obsession (ou complexe) de vouloir, coûte que coûte, exclure l'Espérance de tout lien se rapportant à son identité Tuniso-Arabo-musulmane, donc entravant son désir de voir son club accaparer tous les lauriers, l'auteur ose fournir un document où les clubistes trouveront des pans intéressants de l'histoire de leur association...
  2. Article qui date de 2011 https://fr.fifa.com/womensyoutholympic/news/esperance-legende-1503523 Le club est officiellement fondé le 15 janvier 1919. Au-delà de la dimension sportive, il fait figure de symbole puisqu'il est le premier club national entièrement indépendant de la tutelle coloniale française.
  3. https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=220348436018684&id=111941686859360 Haw bdé el 3ardh
  4. 6 mois d'après express fm. Il demande au moins une partie de ses salaires sinon il ne va pas reprendre avec l'équipe
  5. C'est normal. Interdit de recrutement = ne peuvent avoir aucune nouvelle licence d'un joueur auprès de la FTF
  6. L'interdiction c'est qu'ils ne peuvent pas ajouter de licences, il y a blocage au niveau de la ftf. Il peuvent donc signer des contrats autant qu'ils veulent
  7. https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=175443463475557&id=100030297123864 Zah el we7ed ltaw la t3addetlou kifeh yzaffer el penalty mbaad ina7iha. C très flagrant, essayed raka7 el.koura bi yeddou. Tessema 3aytoulou houma lel var et on l'a induit en erreur avec un caméra lointaine. C ski ma semblé.
  8. C'est le cas en Italie et en Espagne, l'arbitre ne revient pas forcément à l'écran. ça a été le cas toute la saison.
  9. Chmeta fi sa77ana elkoll
  10. Il ne peut pas cumuler président fédération et un club en même temps. Et le président de berkane jébouh fi la7ad riadhi, c'est quelqu'un d'autre
  11. Je pense que la9ja3 n'est plus le président de berkane. C'est le président de la fédération marocaine
  12. Aleh tu as honte? B3ad yesser ala b3adhna, les joueurs de l'équipe algérienne sont d'un autre palier. Ce qui leur fait défaut toujours c'est leur état d'esprit
×
×
  • Create New...